Bienvenue sur Emploithèque
Recrutement public
Offre d'emploi
Recrute : PH Psychiatre - Addictologue
Grilles indiciaires de la fonction publique : État| Hospitalière| Territoriale
Solde, Émoluments, Traitements des : Militaires| Médecins| Élus…

Psychomotricien H/F

Postulez via Répondre à cette offre par courriel votre messagerie Imprimer l'annonce n°54743Imprimer
Communiquer l'offreEnvoyer cette offre à un ami
Réf. 54743/emploitheque Logo : Hôpitaux de Mayotte
Partenaire FHF Emploi secteur santé
Établissement Hôpitaux de Mayotte
Secteur Santé (Psychomotricien)
Corps Catégorie B
Diffusion 22/07/2016
Recrutement Contrat à Durée Déterminée
Région Outre-Mer
Département Mayotte (976)
Hôpitaux de Mayotte (976 - Mayotte)

recrutent

Psychomotricien H/F

Lieu

Hôpitaux de Mayotte
BP 04
97600 Mamoudzou

Descriptif

Pôle MPRU :

  • Médecine
  • Psychiatrie
  • Rééducation
  • UCSA

Secteur d’affectation :

  • Psychiatrie
  • Rééducation

1. Positionnement Hiérarchique et fonctionnel :

Le Psychomotricien(ne), membre du Service de Soins, est placé :

Au sein de l’établissement :

  • Sous l’autorité hiérarchique du Directeur du Centre Hospitalier de Mayotte, et par délégation du Directeur de soins

Au sein du Pôle :

  • Sous l’autorité du Chef de pôle et du cadre de Pôle

Au sein du service d’affectation :

  • Du Cadre de santé
  • Sous l’autorité fonctionnelle du Chef de service

2. Actes professionnels :

Actes professionnels décrit dans le Code de la Santé Publique - Code de la santé publique - 4ème partie : Professions de santé - Livre III : Auxiliaires médicaux - Titre III : Professions d’Ergothérapeute et de Psychomotricien – Chapitre II (cf. Annexe 1).

L’article L. 4332-1 du code de la santé publique décret stipule entre autre : « Est considérée comme exerçant la profession de Psychomotricien toute personne qui, non Médecin, exécute habituellement des actes professionnels de rééducation psychomotrice, définis par décret en Conseil d’État pris après avis de l’Académie nationale de médecine.

Les psychomotriciens exercent leur art sur prescription médicale ».


3. Mission générale et spécifique :

A. Objectif principal du professionnel

L'objectif du professionnel est d’évaluer, d’accompagner, de rééduquer les personnes de leurs troubles psychomoteurs liés à une maladie, à un handicap ou encore à un problème psychologique, de réaliser des soins et des activités de rééducation et de stimulation sensorielle auprès d’une personne présentant des troubles neuromoteurs et psychomoteurs pour un mieux être psycho-corporel, et qui concourent à la prévention, au dépistage, au diagnostic et au traitement.

B. Missions générales

L’ensemble des activités du Psychomotricien(ne) s’inscrit dans les axes politiques institutionnels, contribue à la réalisation du projet d’établissement et sa déclinaison au niveau du projet de soins et du projet de service.

Pour cela :

  • S’engage dans la démarche d’amélioration continue de la qualité des soins et de la prise en charge de la personne soignée pendant tout son séjour à l’hôpital
  • Met en œuvre des interventions de soins en psychomotricité individualisés dont il rend compte dans des transmissions professionnelles individualisées insérées dans le dossier unique du patient
  • Informe la personne soignée sur la nature des soins réalisés et sur leur programmation
  • Concourt à la prise en charge de la douleur physique et psychologique des personnes soignées
  • Respecte les principes de traçabilité et assure des transmissions efficientes
  • Participe à des actions de formation initiale et continue, d’encadrement des stagiaires, de recherche dans le domaine de la psychomotricité et en lien avec les services d’affectation
  • Met à jour ses connaissances et développe ses compétences
  • S’inscrit dans les nouveaux axes politiques institutionnels

C. Activités spécifiques – Maîtrise technique

Activités spécifiques du poste de travail :

  • Prise en charge quotidienne des patients
  • Réalisation et rédaction de bilans psychomoteurs
  • Réalisation de techniques de psychomotricité : médiation corporelle, stimulation et relaxation… en individuel et en groupe
  • Participation au projet thérapeutique de la personne
  • Information et éducation de la personne
  • Veille professionnelle

Maîtrise technique :

  • Utiliser des méthodes et instruments d’évaluation : tests psychomoteurs…
  • Réaliser un diagnostic des difficultés et capacités psychomotrices de la personne
  • Interpréter les données cliniques issues du bilan
  • Utiliser et adapter les techniques corporelles personnalisées
  • Organiser un cadre thérapeutique singulier à chaque patient
  • Élaborer et évaluer le projet thérapeutique
  • Créer une relation de confiance avec le patient
  • Analyser, synthétiser et transmettre des données utiles et précises
  • Éduquer, conseiller le patient et l’entourage en vue d’une démarche d’autonomisation

D. Qualités professionnelles en termes d’attitudes et de comportements

  • Disponibilité
  • Bon équilibre psychomoteur et des capacités physiques
  • Capacités d’écoute, d’observation, de compréhension, de patience et de disponibilité à l’autre
  • Écoute avec empathie dans une approche holistique du patient et de sa famille
  • Patience, capacité de distanciation avec les situations rencontrées
  • Capacité d’auto évaluation
  • Intégration de l’approche transculturelle de la santé mentale
  • Faire preuve de dynamisme, d’un bon esprit d’équipe, étroite collaboration avec l’équipe pluridisciplinaire

4. Organisation du temps de travail :

  • Horaires annualisés sur la base de 35h / semaine
  • Repos hebdomadaire : 2j / semaine
  • Congés annuels : 25 jours ouvrables
  • Horaires en fonction du service d’affectation
  • Le Psychomotricien(ne) peut être amené à modifier ses horaires planifiés en fonction des contraintes liées au service
  • Le (la) professionnel(le) peut-être amené(e) à assurer ponctuellement ses fonctions dans une autre unité de soins du pôle MPRU

5. Spécificités et Exigences liées au poste

Spécificités du poste :

  • Travail en milieu psychiatrique dans un centre médico-psychologique, une unité d’hospitalisation de psychiatrie et dans le service de rééducation fonctionnelle au sein du pôle MPRU
  • Ponctuellement peut intervenir sur des structures externes (centre de référence) dans le cadre du projet médical du patient (accord médical et du cadre de l’unité)
  • Une approche transculturelle et/ou d’ethnopsychiatrie est un plus pour ce type de poste

Spécificité de la population :

  • Adultes et enfants en souffrance psychique et / ou physique
  • Précarité sociale (ressources — Etrangers en Situation Irrégulière — absence de couvertures sociales etc……)
  • Approche transculturelle avec l’usage de différentes langues parlées (français – shimaoré – shibuchi – Swahili – Malgache …)

Exigences du poste :

  • Diplômes requis : Diplôme d’État de Psychomotricité
  • Inscription ADELI

6. Compétences requises ou à développer

  • Former, informer et accompagner
  • Avoir le sens des responsabilités
  • Organiser l’accueil et l’information, superviser les activités d’apprentissage des stagiaires et nouveaux arrivants
  • Transférer son savoir-faire et ses connaissances aux stagiaires et et/ou nouveaux Agents par des conseils, des explications et de l’analyse commentée de la pratique
  • Organiser et coordonner
  • Organiser ses interventions en tenant compte des limites de son champ de compétences et de ses responsabilités
  • Coopérer au sein de l’équipe pluriprofessionnelle dans un souci d’optimisation de l’organisation du service
  • Veiller au respect de l’application des procédures et des protocoles par l’ensemble des intervenants ainsi que la traçabilité
  • Apprécier la fonctionnalité, le suivi des dispositifs médicaux et matériels utilisés dans l’unité
  • Mettre à jour ses connaissances pour maintenir sa posture de « référent » en psychomotricité
  • Rendre compte à sa hiérarchie
  • Communiquer et adopter un comportement professionnel adapté
  • Établir et créer les conditions et les modalités de communication propices aux bons échanges interprofessionnels
  • Faire preuve de rigueur professionnelle et de disponibilité dans son travail
  • Faire preuve de discrétion pour toutes les informations échangées au sein de l’unité
  • S’investir dans la vie institutionnelle (groupe de travail — démarche qualité…)
  • Analyser la qualité et améliorer sa pratique professionnelle
  • Avoir des capacités d’analyse, de synthèse et d’argumentation
  • Observer, formaliser et expliciter les éléments de sa pratique professionnelle
  • Analyser et adapter sa pratique au regard du contexte, de la réglementation, de l’évolution du métier et des organisations
  • Identifier les améliorations possibles et les mesures de réajustement de sa pratique

7. Connaissances ou techniques générales à maîtriser ou à acquérir

  • Acquérir la connaissance de l’institution et de son fonctionnement
  • Acquérir la connaissance du fonctionnement des soins à Mayotte
  • Connaître les règles, procédures, protocoles utilisés dans l’unité
  • Maîtrise l’outil informatique pour l’ensemble des logiciels utilisés au CHM

8. Risques professionnels

  • Risques physiques : liés à spécificité de la prise en charge en psychiatrie
  • Risques psychosociaux :
    • Charge mentale
    • De stress
    • Souffrance au travail
    • Épuisement professionnel

J’atteste avoir pris connaissance du profil de poste afférent à mon emploi.

Date et signature de l’Agent :

Date et signature du Cadre de santé :

Annexe 1

Code de la santé publique - 4ème partie : Professions de santé - Livre III : Auxiliaires médicaux - Titre III : Professions d’Ergothérapeute et de Psychomotricien.

  • Chapitre Ier : Ergothérapeute
  • Chapitre Ii : Psychomotricien

Article L. 4332 1

Ancien article L. 504 9, rédaction de la loi n° 95 116 du 4 février 1995.

Est considérée comme exerçant la profession de Psychomotricien toute personne qui, non Médecin, exécute habituellement des actes professionnels de rééducation psychomotrice, définis par décret en Conseil d’État pris après avis de l’Académie nationale de médecine.

Les psychomotriciens exercent leur art sur prescription médicale.

Article L. 4332 2

Peuvent exercer la profession de Psychomotricien et porter le titre de Psychomotricien, accompagné ou non d’un qualificatif, les personnes titulaires du diplôme mentionné à l’article L. 4332 3 ou titulaires de l’autorisation prévue à l’article L. 4332 4 et ordonnance n° 2003 850 du 4 septembre 2003 : « dont les diplômes, certificats, titres ou autorisation ont été enregistrés conformément au premier alinéa de l’article L. 4333 1 ».

Article L. 4332 3

Le diplôme mentionné à l’article L. 4332 2 est le diplôme d’État français de Psychomotricien.

Article L. 4332 4

Rédaction de l’ordonnance n° 2001 199 du 1er mars 2001.

Peuvent être autorisés à exercer la profession de Psychomotricien, sans posséder le diplôme mentionné à l’article L. 4332 3, les ressortissants d’un État membre de la Communauté européenne ou d’un autre État partie à l’accord sur l’Espace économique européen qui ont suivi avec succès un cycle d’études les préparant à l’exercice de la profession et répondant aux exigences fixées par voie réglementaire, et qui sont titulaires :

1° D’un ou plusieurs diplômes, certificats ou autres titres permettant l’exercice de la profession dans un État membre ou un État partie qui réglemente l’accès ou l’exercice de la profession, délivrés :

  • A) Soit par l’autorité compétente de cet État et sanctionnant une formation acquise de façon prépondérante dans un État membre ou un État partie, ou dans un pays tiers, dans des établissements d’enseignement qui dispensent une formation conforme aux dispositions législatives, réglementaires ou administratives de cet État membre ou partie
  • B) Soit par un pays tiers, à condition que soit fournie une attestation émanant de l’autorité compétente de l’État membre ou de l’État partie qui a reconnu le ou les diplômes, certificats ou autres titres, certifiant que le titulaire de ce ou ces diplômes, certificats ou autres titres a une expérience professionnelle dans cet État de trois ans au moins

2° Ou d’un ou plusieurs diplômes, certificats ou autres titres sanctionnant une formation réglementée, spécifiquement orientée sur l’exercice de la profession, dans un État membre ou un État partie qui ne réglemente pas l’accès ou l’exercice de cette profession ;.

3° Ou d’un ou plusieurs diplômes, certificats ou autres titres obtenus dans un État membre ou un État partie qui ne réglemente ni l’accès ou l’exercice de cette profession ni la formation conduisant à l’exercice de cette profession, à condition de justifier d’un exercice à temps plein de la profession pendant deux ans au moins au cours des dix années précédentes ou pendant une période équivalente à temps partiel dans cet État, à condition que cet exercice soit attesté par l’autorité compétente de cet Etat.

Lorsque la formation de l’intéressé porte sur des matières substantiellement différentes de celles qui figurent au programme du diplôme mentionné à l’article L. 4332 3, ou lorsqu’une ou plusieurs des activités professionnelles dont l’exercice est subordonné audit diplôme ne sont pas réglementées par l’État d’origine ou de provenance ou sont réglementées de manière substantiellement différente, l’autorité compétente pour délivrer l’autorisation peut exiger, après avoir apprécié la formation suivie et les acquis professionnels, que l’intéressé choisisse soit de se soumettre à une épreuve d’aptitude, soit d’accomplir un stage d’adaptation dont la durée ne peut excéder trois ans et qui fait l’objet d’une évaluation.

Un décret en Conseil d’État détermine les mesures nécessaires à l’application du présent article.

Article L. 4332 5

Par dérogation aux dispositions de l’article L. 4332 2, peuvent exercer la profession de Psychomotricien et porter le titre de Psychomotricien, accompagné ou non d’un qualificatif, les salariés ayant exercé, à titre principal, l’activité de Psychomotricien pendant une durée au moins égale à trois ans au cours des dix années précédant la date du 8 mai 1988 et qui ont satisfait, dans les trois ans suivant cette date, au contrôle des connaissances prévu par décret en Conseil d’Etat.

Section 1 : actes professionnels

Article R. 4332 1

Rédaction du décret n° 88 659 du 6 mai 1988.

Les personnes remplissant les conditions définies aux articles L. 4332 2, L. 4332 4 et L. 4332 5 sont habilitées à accomplir, sur prescription médicale et après examen neuropsychologique du patient par le Médecin, les actes professionnels suivants :

  • 1° Bilan psychomoteur
  • 2° Éducation précoce et stimulation psychomotrices
  • 3° Rééducation des troubles du développement psychomoteur ou des désordres psychomoteurs suivants au moyen de techniques de relaxation dynamique, d’éducation gestuelle, d’expression corporelle ou plastique et par des activités rythmiques, de jeu, d’équilibration et de coordination :
    • A) Retards du développement psychomoteur
    • B) Troubles de la maturation et de la régulation tonique
    • C) Troubles du schéma corporel
    • D) Troubles de la latéralité
    • E) Troubles de l’organisation spatio-temporelle
    • F) Dysharmonies psychomotrices
    • G) Troubles tonico-émotionnels
    • H) Maladresses motrices et gestuelles
    • Dyspraxies
    • I) Débilité motrice
    • J) Inhibition psychomotrice
    • K) Instabilité psychomotrice
    • L) Troubles de la graphomotricité
    • L’exclusion de la rééducation du langage écrit
  • 4° Contribution, par des techniques d’approche corporelle, au traitement des déficiences intellectuelles, des troubles caractériels ou de la personnalité, des troubles des régulations émotionnelles et relationnelles et des troubles de la représentation du corps d’origine psychique ou physique
  • Section 2 : Personnes autorisées à exercer la profession

Sous-section 1 : Titulaires du diplôme d’État

Article D. 4332 2

Rédaction du décret n° 88 659 du 6 mai 1988.

Le diplôme d’État de Psychomotricien est délivré par le préfet de région aux personnes qui, après avoir suivi, sauf dispense, une formation agréée par la même autorité, ont subi avec succès les épreuves d’un examen à l’issue de cet enseignement.

Article D. 4332 3

La durée de l’enseignement est de trois ans.

Sont fixés par arrêté des ministres chargés de l’enseignement supérieur et de la santé :

  • 1° Les conditions d’agrément des formations
  • 2° Le programme et le déroulement des études
  • 3° Les conditions d’admission des étudiants en première année de formation
  • 4° Après avis de la commission des psychomotriciens du Conseil supérieur des professions paramédicales, les conditions d’accès aux études conduisant au diplôme d’État, les modalités d’admission ainsi que la nature des épreuves
  • 5° Les modalités des épreuves précédant la délivrance du diplôme

Article D. 4332 4

Les conditions dans lesquelles des Praticiens exerçant certaines professions paramédicales ou à caractère social peuvent être dispensés de la première année d’études et se présenter directement à l’examen de passage en deuxième année dans les conditions définies au 2° de l’article D. 4332 3 et dans les limites d’un quota fixé par le ministre chargé de la santé sont fixées par arrêté des ministres chargés de l’enseignement supérieur et de la santé.

Article D. 4332 5

Pour être admis en première année dans les instituts de formation, les candidats doivent posséder le baccalauréat de l’enseignement du second degré ou un titre admis en dispense du baccalauréat en vue de l’inscription dans les facultés et établissements de l’enseignement supérieur.

Article D. 4332 6

Les instituts de formation autorisés à délivrer l’enseignement préparant au diplôme d’État sont chargés de la mise en Œuvre des modalités d’admission sous le contrôle des préfets de région et de départements.

Ils ont la charge de l’organisation des épreuves et de l’affichage des résultats.

La composition des jurys et la nomination de leurs membres sont arrêtées par le préfet de région.

Article D. 4332 7

La nomination des Directeurs et des conseillers scientifiques des instituts est subordonnée à leur agrément par le préfet de région.

Celui-ci consulte au préalable la commission des psychomotriciens du Conseil supérieur des professions paramédicales.

Article R. 4332 8

Le silence gardé pendant plus de quatre mois sur les demandes d’agrément mentionnées aux articles D. 4332 2 et D. 4332 7 vaut décision de rejet.

Sous-section 2 : Ressortissants d’un État membre de la Communauté européenne ou partie à l’accord sur l’Espace économique européen

Article R. 4332 9

Rédaction du décret n° 88 659 du 6 mai 1988.

Les ressortissants d’un État membre de la Communauté européenne ou partie à l’accord sur l’Espace économique européen qui souhaitent exercer en France la profession de Psychomotricien en application de l’article L. 4332 4 doivent obtenir une autorisation délivrée par le ministre chargé de la santé.

Article R. 4332 10

Rédaction du décret n° 88 659 du 6 mai 1988.

Les modalités de présentation de la demande d’autorisation et notamment la composition du dossier l’accompagnant sont fixées après avis de la commission des psychomotriciens du Conseil supérieur des professions paramédicales par arrêté des ministres chargés de l’enseignement supérieur et de la santé.

Un récépissé est délivré à l’intéressé à la réception du dossier complet.

Article R. 4332 11

Rédaction du décret n° 88 659 du 6 mai 1988.

L’autorisation est délivrée lorsque sont réunies les conditions définies par l’article L. 4332 4.

Toutefois, dans les cas prévus au septième alinéa du même article, la délivrance de l’autorisation d’exercice est subordonnée à la vérification de la capacité du demandeur.

Cette vérification est effectuée, au choix du demandeur :

  • 1° Soit par une épreuve d’aptitude
  • 2° Soit à l’issue d’un stage d’adaptation dont la durée ne peut excéder trois ans

Article R. 4332 12

Rédaction du décret n° 88 659 du 6 mai 1988.

Le ministre chargé de la santé, après avis de la commission des psychomotriciens du Conseil supérieur des professions paramédicales, statue sur la demande d’autorisation par une décision motivée prise dans un délai de quatre mois à compter de la date du récépissé mentionné à l’article R. 4332 10.

Le ministre chargé de la santé accorde l’autorisation dans le cas où l’intéressé est soumis par cette décision à l’épreuve d’aptitude ou au stage d’adaptation mentionnés à l’article R. 4332 11, après réussite à l’épreuve d’aptitude ou validation du stage d’adaptation.

Article R. 4332 13

Rédaction du décret n° 88 659 du 6 mai 1988.

L’épreuve d’aptitude mentionnée à l’article R. 4332 11 a pour objet de vérifier au moyen d’épreuves écrites et orales que l’intéressé fait preuve d’une connaissance appropriée des matières qui ne lui ont pas été enseignées initialement.

Le stage d’adaptation mentionné à l’article R. 4332 11 a pour objet de donner aux intéressés les connaissances définies à l’alinéa précédent.

Il comprend un stage pratique accompagné éventuellement d’une formation théorique complémentaire.

Article R. 4332 14

Rédaction du décret n° 88 659 du 6 mai 1988.

Sont fixées, après avis de la commission des psychomotriciens du Conseil supérieur des professions paramédicales, par arrêté des ministres chargés de l’enseignement supérieur et de la santé :

  • 1° Les conditions d’organisation, les modalités de notation de l’épreuve d’aptitude, la composition du jury chargé de l’évaluer
  • 2° Les conditions de validation du stage d’adaptation

Chapitre III : dispositions communes

Article L. 4333 1

Ordonnance n° 2003 850 du 4 septembre 2003 : « Les Ergothérapeutes et les psychomotriciens sont tenus de faire enregistrer sans frais leurs diplômes, certificats, titres ou autorisation auprès du service de l’État compétent ou de l’organisme désigné à cette fin.

En cas de changement de situation professionnelle, ils en informent ce service ou cet organisme.

Il est établi, pour chaque département, par le service de l’État compétent ou l’organisme désigné à cette fin, des listes distinctes de ces professions, portées à la connaissance du public ».

L’inscription n’est possible que dans un seul département.

Dans le cas où l’activité est exercée dans plusieurs départements, l’intéressé est inscrit sur la liste du département dans lequel est situé son lieu principal d’exercice professionnel.

Cette disposition n’est pas applicable aux Ergothérapeutes et aux psychomotriciens militaires.

Ordonnance n° 2003 850 du 4 septembre 2003 : « Les modalités d’application du présent article sont fixées par décret ».

Chapitre IV : dispositions pénales

Article L. 4334 1

Rédaction de l’ordonnance n° 2005 1040 du 26 août 2005.

L’exercice illégal de la profession d’Ergothérapeute ou de la profession de Psychomotricien est puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 € d’amende.

Les personnes physiques encourent également les peines complémentaires suivantes :

  • A) L’affichage ou la diffusion de la décision prononcée, dans les conditions prévues par l’article 131 35 du code pénal
  • B) La confiscation de la chose qui à servi ou était destinée à commettre l’infraction ou de la chose qui en est le produit, conformément à l’article 131 21 du code pénal
  • C) L’interdiction définitive ou pour une durée de cinq ans au plus d’exercer une ou plusieurs professions régies par le présent code ou toute autre activité professionnelle ou sociale à l’occasion de l’exercice de laquelle l’infraction a été commise, suivant les modalités prévues par l’article 131 27 du code pénal

Le fait d’exercer l’une de ces activités malgré une décision judiciaire d’interdiction définitive ou temporaire est puni des mêmes peines.

Les personnes morales peuvent être déclarées pénalement responsables dans les conditions prévues par l’article 121 2 du code pénal de l’infraction prévue au présent article.

Les peines encourues par les personnes morales sont :

A) L’amende, suivant les modalités prévues par l’article 131 38 du code pénal ; b) Les peines complémentaires mentionnées aux 2° à 9° de l’article 131 39 du code pénal, dans les conditions prévues aux articles 131 46 à 131 48 de ce code.

L’interdiction mentionnée au 2° de l’article 131 39 du code pénal porte sur une ou plusieurs professions régies par le présent code ou toute autre activité professionnelle ou sociale à l’occasion de l’exercice de laquelle l’infraction a été commise.

Article L. 4334 2

Rédaction de l’ordonnance n° 2005 1040 du 26 août 2005.

L’usage sans droit de la qualité d’Ergothérapeute ou de Psychomotricien ou d’un diplôme, certificat ou autre titre légalement requis pour l’exercice de ces professions est puni comme le délit d’usurpation de titre prévu à l’article 433 17 du code pénal.

Les personnes morales peuvent être déclarées pénalement responsables de ce délit, dans les conditions prévues par l’article 121 2 du code pénal.

Elles encourent les peines prévues pour le délit d’usurpation de titre aux articles 433 17 et 433 25 de ce même code.


Candidature (LM + CV)

Personne à contacter
Mél. recrutement@chmayotte.fr
Mél. y.desplan@chmayotte.fr

Adressez directement votre candidature par courriel :

recrutement@chmayotte.fr

Répondre à cette annonce sous la réf. 54743/emploitheque

Soyez averti par courriel des nouvelle annonces correspondant à votre métier

Inscrivez-vous gratuitement à l'Alerte-Mél. Recevoir les nouvelles offres d'emploi qui correspondent à votre profil

Logo - Hôpitaux de Mayotte Fiche de l'établissement :
adresse postale, téléphone, Fax, courriel, site WEB, offres d'emploi…

Annonce consultée 3 191 fois

Accessibilité | Avis aux webmestres | Glossaire des sigles | Liste des établissements | Partenaires
Plan du site | Mentions légales | Rechercher un établissement | RSS | Tarifs | Télécharger | Webmestre
dimanche 17 décembre 2017 :: Emploithèque 2017 Ce site est valide : XHTML 1.0 Transitional Flux RSS validé par le W3C CSS version 2.1 valide! 76 visiteurs en ligne